Ethiq’Lexique

by | Feb 1, 2018

Cet Ethiq’Lexique est à titre informatif et n’est pas exhaustif. Il sera mis à jour régulièrement. N’hésitez pas à me faire vos propositions !

Consommation collaborative ou économie du partage

…est un modèle d’organisation qui repose sur la mutualisation de l’ensemble des ressources matérielles, immatérielles et financières. Cela se traduit par une nouvelle forme d’échange entre particuliers et professionnels : le troc, l’échange, la location… De ce principe en découle des nouvelles pratiques, à savoir le crowdfunding, coworking, colunching, etc.

Commerce équitable 

… est considéré comme une nouvelle forme de commerce reposant sur le modèle conventionnel. En effet, l’objectif est de prôner l’équité dans la démarche commerciale au niveau mondial. Le commerce devient alors “levier de développement et de réduction des inégalités”.  Ce principe fonctionne souvent avec une meilleure rétribution du producteur, un soutien et un échange entre les acteurs des pays industrialisés et les pays en développement. Son évolution est marquée par des avancées fortes sur l’éthique, le social et l’environnemental.

Culture biologique

…est une culture qui bannit le recours aux OGM et tous produits chimiques. Les pratiques utilisées par la culture ou agriculture biologique respectent les équilibres naturels via le respect des sols, de l’eau, de l’air mais aussi de la biodiversité présente.

Don

…est considéré comme quelque chose d’acquis dans les sociétés occidentales et pourtant en constante baisse en France. Le don est pourtant une pratique simple et rapide de se débarasser de ce dont nous n’avons plus besoin mais qui est encore en bon état. Qu’il s’agisse de vêtements, de meubles, d’éléctroniques, différents organismes sont présents au national, comme en local pour organiser vos dons !

Économie circulaire

…est un concept économique, fondé sur le développement durable. Ce concept veut qu’un produit soit conçu tout en ayant conscience de son cycle de vie. Une fois le produit utilisé, il doit être possible de le recycler, afin qu’il soit transformé en matières premières réutilisables pour produire de nouveau. Ce concept est intiment lié à celui de l’obsolescence programmée. En effet, l’objectif de cette démarche est d’éviter de produire pour remplacer, mais de pouvoir réparer ou recycler le produit.

Économie de la fonctionnalité

…consiste à vendre le service d’utilisation du bien et non le bien lui-même. Il est dans l’intérêt des producteurs que les produits tiennent dans la longueur. Cette économie s’intègre elle-aussi dans une démarche de développement durable. Ex : location de pneus aux kilomètres, location de photocopieurs, partage automobile, vélo en centre-ville, auto-partage, etc.

Économie sociale et solidaire (ess)

…regroupe des structures ayant pour but de rattacher l’utilité sociale et solidaire, à la performance économique, via une gouvernance démocratique. L’objectif est la création d’emploi et le développement de la cohésion sociale dans les agglomérations.

Fait-main

…consiste à faire par soi-même ou acheter un produit réalisé par un créateur, un artisan. La couture et le DIY ont désormais le vent en poupe. Quoi de mieux qu’une pièce fabriquée des mains d’un créateur ou que de le fabriquer soi-même ?

Fast-fashion
…est une expression d’origine anglo-saxonne, qui traduit la multiplication sur une courte durée, du nombre de collections de prêt-à-porter proposées aux consommateurs. Ce concept se retrouve majoritairement chez les grands groupes franchisés qui appliquent des prix bas. L’objectif est que les vêtements ne soient achetés que pour une seule saison et colle au plus près de la tendance. Le fast-fashion induit un système de production qui doit être rapide et des flux très tendus en terme de logistique.

Fibres naturelles végétales
…sont des fibres qui sont plus légères et faciles à produire. De plus, elles sont robustes. Il est important de tenir compte de la qualité du filage du textile, de la teinture, de la confection. Les fibres naturelles végétales les plus courantes sont le coton, le chanvre et le lin. On peut aussi retrouver la coco, la jute et le bananier.

Location

…est l’action de mettre à disposition une place, un produit ou un service contre rétribution financière. Les deux parties tirent donc bénéfice de l’action. Cela évite la surproduction et donne un sens aux objets existants. 

Made in Europe / Made in France

…est une forme d’appellation qui met en avant la fabrication française et/ou européenne. Son rôle est la mise en avant des savoir-faire des artisans et créateurs français et européens, tout comme de favoriser l’emploi dans ces régions et l’économie.

Marché du vintage et de la seconde main

…permet de donner une seconde vie à des objets et/ou vêtements qui ne sont pas utilisés à cause de la surproduction (fast-fashion). Ce sont souvent des pièces qui ont été abandonnées mais qui fonctionne encore, sont en très bon état. Cela permet de réduire les déchets, réutiliser les objets déjà présents (pour souvent un coût moindre).

Recyclage

…est un procédé qui permet de réutiliser différement les déchets, plastiques et métaux. Le recyclage dans l’industrie vestimentaire représente moins d’un tiers du volume des textiles. De plus en plus d’enseignes de prêt-à-porter s’organisent pour participer au recyclage des pièces permettant d’en créer de nouvelles ou d’être emportées vers de nouveaux horizons.

Slow-fashion

…est une tendance récente qui fait face au fast-fashion et au consumérisme à outrance. Il s’agit d’acheter de manière réfléchie et utile. Les collections sont moins régulières, des prix justes et une qualité dans le temps (adieu l’obsolescence programmée, oui cela fonctionne pareil pour les vêtements !). Le respect des conditions de travail et de l’environnement fait aussi partie des réclamations portées par le Slow-fashion.

Upcycling

…c’est le réemploi de vêtements (ou objets) que l’on transforme pour leur donner une seconde ou troisième vie (à l’infini !) afin d’éviter le gaspillage.

Zéro déchet

… est une démarche large, un réel mode de vie, qui se traduit par la réduction de sa production de déchets, réduire le gaspillage. Des exemples : utiliser des cotons lavables, essui-tout lavable, réutilisation des textiles usagés, utiliser des tote-bag pour faire ses courses, des bocaux pour les produits secs, etc.

Cet Ethiq’Lexique est à titre informatif et n’est pas exhaustif. Il serait mis à jour régulièrement. N’hésitez pas à me faire vos propositions !

Suivez Ethiq'Lab sur les réseaux !

0 Comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.


Stéphanie Piveteau - Ethiq'Lab

stephanie@ethiqlab.com

07 89 44 08 20

Mentions Légales // Impressum

Suivre Ethiq'Lab